Accès membre

Accès membre

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

11.02.14

Stratégie nationale de mobilité durable - L’ACRGTQ déplore la stratégie du gouvernement

Québec, le 11 février 2014 – L'Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ) déplore la Stratégie gouvernementale de retirer près d'un milliard de dollars du budget des infrastructures routières au profit du transport en commun. L'ACRGTQ est favorable à cette Stratégie et au développement du transport en commun, mais elle ne doit pas se faire au détriment de l'entretien du réseau routier.

L'état du réseau routier est en constante amélioration depuis maintenant plus de 5 ans. En diminuant les investissements, le gouvernement place le réseau en position de faiblesse et s'expose à perdre les gains acquis au cours des dernières années. Les conséquences pourraient être dévastatrices pour le réseau. D'ailleurs, certaines études ont démontré qu'il est beaucoup plus coûteux de reconstruire que d'entretenir une infrastructure de transport.

L'ACRGTQ tient à rappeler que lors de l'annonce des investissements 2013-2015 en février 2013, elle estimait près de 1 MM$ en moins par année qui sera investi sur le réseau routier du Québec par rapport aux investissements annoncés en 2012-2013. En retirant un montant supplémentaire moyen de 200 M$/an (1 MM$/5 ans) au profit du transport en commun, la pérennité du réseau pour les générations futures sera certainement mise en péril.

De plus, l'ACRGTQ est inquiète des infrastructures en région. Ces sommes dédiées au transport en commun serviront notamment aux grands centres urbains alors que les investissements routiers bénéficient à l'ensemble du Québec.

Par ailleurs, l'ACRGTQ considère que si des sommes étaient économisées par le resserrement des mesures visant à combattre la collusion et la corruption, comme le prétend le gouvernement, elles devraient être réinvesties dans le maintien des infrastructures et par le fait même, dans l'économie québécoise.

Aussi, dans un contexte où l'économie est fragile et comme de nombreux experts l'ont démontré, les investissements dans l'infrastructure publique sont bénéfiques pour l'ensemble d'une économie. Ainsi, le gouvernement ne peut se permettre de faire des choix non structurants pour l'économie québécoise.

Bien qu'une partie des montants de la Stratégie nationale de mobilité durable soit dévolue au secteur génie civil et voirie de l'industrie de la construction, ce sous-investissement pourrait faire en sorte que les entreprises et les fournisseurs de l'industrie devront diminuer leur main-d'œuvre. D'ailleurs, cette menace de perte d'emplois risque de fragiliser l'expertise que les entrepreneurs et leurs travailleurs ont acquise depuis plusieurs années.

Partenaire des donneurs d'ouvrage dans la modernisation du Québec depuis 1944, l'ACRGTQ représente la majorité des principaux entrepreneurs et fournisseurs œuvrant dans la construction de routes, d'ouvrages de génie civil et de grands travaux. Elle est la seule représentante attitrée du secteur génie civil et voirie de l'industrie de la construction.

L'ACRGTQ est aussi, selon la loi R-20, l'association sectorielle d'employeurs mandataire de la négociation, de l'application et du suivi de la convention collective du secteur génie civil et voirie. À ce titre, elle représente les intérêts de plus de 2 500 employeurs de l'industrie de la construction qui compte plus de 40 000 salariés.

Source :

Christian Croteau, conseiller en affaires publiques

Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ)

Tél. : (418) 529-2949 ou 1 800 463-4672